vendredi 20 juin 2014

"Les voleurs de rêves" : quand imaginer devient un crime



Une nouvelle aventure fascinante du Docteur, de Rose et du capitaine Jack, interprétés par Christopher Eccleston, Billie Piper et John Barrowman dans la spectaculaire série télévisée de la BBC. Dans un futur lointain, le Docteur, Rose et le capitaine Jack découvrent un monde où toute forme de fiction est prohibée. Raconter des histoires, mentir, espérer et rêver sont autant de crimes sévèrement punis par la loi. Mais une chaîne de télévision pirate exhorte le peuple à l’insurrection. Le Docteur et ses compagnons se rallient à la cause des rebelles avant de prendre conscience, à leurs risques et périls, que les rêves ont tôt fait de tourner au cauchemar…

J'ai reçu ce livre dans le cadre du swap "Doctor Who : fêtons les 50 ans" organisé sur Livraddict. Je remercie au passage Melanie, ma swappée (qui s'est vu offrir les deux mêmes bouquins que moi d'ailleurs).
Passons maintenant aux choses sérieuses : mon avis.

Et il est positif. Comment pouvait-il en être autrement ? À peine avais-je ouvert ce bouquin que je ne l'ai plus quitté. Commencé au soir, il était fini le lendemain matin. Je pense que le trio Nine/Rose/capitaine Jack n'y est pas étranger. Des personnages fidèles à la série télé (même si je m'attendais à un Jack plus dragueur, avec du panache, fidèle à lui-même quoi), une nouvelle planète, l'imagination prohibée, rien ne pouvait me faire plus plaisir. J'avais hâte de voir comment l'auteur se débrouillerait pour interdire toute forme de rêve. Et Nine étant l'un de mes préférés avec Ten, ça aide aussi pas mal.
Aucun temps mort, et comme pour les Morts de l'hiver (avec Eleven), je n'ai rien vu venir du final. J'ai été agréablement surprise par ce que nous réservait l'auteur. Et comme toujours, le travail de Milady est impeccable (pas comme certains éditeurs même importants où je déniche des fautes et des phrases mal traduites). Rien à signaler de ce côté.
Voilà donc notre trio infernal éparpillé au milieu d'apparences trompeuses, de faux semblants, le tout sans tomber dans le cliché ni dans l'inexplicable. Le lecteur ne se retrouve pas au milieu d'un imbroglio d'hypothèses fumeuses qui l'embrouillent plus qu'autre chose, mais au cœur d'une histoire bien préparée. Des indices ponctuent le récit, l'alimentent, le servent et finissent toujours par se rendre utiles.

J'ai apprécié le rapport des personnages à l'interdiction de fiction. Si celle-ci ne cause pas de mal, elle ne fait pas toujours du bien non plus. Où se situe la limite ? Peut-on rêver, imaginer sans risque ? En tant qu'écrivain, je me sens concernée. Tant par la fiction prohibée que par l'aspect imaginatif du sujet. Serait-il possible de vivre dans les conditions décrites par l'auteur ? De vivre dans un monde où le moindre écart d'imagination finit en peur bleue, en séjour à l'hôpital psychiatrique ? Le roman démontre aussi que le genre humain n'a pas besoin de vrai méchant façon Daleks pour se détruire et se rendre malheureux.

Ma note : ★★★★★ MENTION COUP DE ♥
Doctor Who - Les voleurs de rêves - Steve Lyons - roman - Milady - 7€