vendredi 11 juillet 2014

Des nouvelles du front

Ça bosse dur en ce moment ! J'ai reçu les corrections éditoriales des Histoires fantomatiques en plus de celles supplémentaires pour Noces d'éternité. De ce côté, il n'y a donc aucun risque que je m'ennuie. Et en attendant, le camp NaNoWriMo continue ! Bientôt les 15000 mots sur les 30000 que je me suis fixés.

*Rune - épisodes 3 & 4*
J'ai dépassé la moitié de l'épisode 3 (et de la saison 1 par la même occasion) de quelques mots. Pour l'instant, tout se déroule selon mes plans (brouillons, les plans), même si je ne pense pas boucler le quatrième épisode pour le 31 juillet. La bonne humeur est néanmoins au rendez-vous parce que j'ai bien vadrouillé depuis le début du mois, et qui dit vadrouille dit absence d'écriture.

*Sluagh et autres cauchemars sur Terre*
J'ai presque terminé la quatrième nouvelle sur les quatorze prévues : La conteuse de mauvais rêves. Ça se passe encore dans une maison (j'adore décrire les maisons, branlantes ou pas) mais il n'y a pas de fantôme ni d'esprit "tout simple". J'ai choisi d'explorer autre chose d'un peu plus compliqué que ce qu'annonce le début de l'histoire.
Emily ferma les yeux puis sombra peu à peu dans un sommeil agité. Des pas feutrés avançaient derrière elle, lents et tout proches. Chaque enjambée semblait correspondre à celle d'un géant tant Emily ne vit rien venir. Une minute plus tôt, le silence régnait en seul maître. La jeune femme ne redoutait aucun démon tapi dans l'obscurité, aucune main susceptible de la frôler. À présent, toutes les craintes possibles s'imposaient à elle comme autant de cauchemars infinis. Emily voulut faire volte-face, ne fut-ce que pour espérer identifier cet endroit sombre. Elle n'y voyait presque rien et, quand elle réalisa qu'il s'agissait d'une chambre, elle se mit en quête de l'interrupteur. La paume sur la tapisserie rêche, elle tâtonna pendant une petite éternité. Enfin, ses doigts rencontrèrent ce qui ressemblait au boîtier qu'elle cherchait. Elle tourna le bouton. Rien. Évidemment. C'eut été trop aisé alors que, désormais, les bruits de pas résonnaient de partout à la fois. Comme s'ils tentaient d'encercler la pauvre Emily. Malgré la crainte qui lui nouait l'estomac, elle parvint à se raisonner. Un son, quel qu'il soit, ne pouvait pas l'encercler. Pas dans le sens où elle le croyait encore quelques secondes auparavant. Elle se tourna enfin pour affronter la source de ses frayeurs. Il n'y avait que la pénombre. Cette fichue pénombre ! Et quelque chose semblait y bouger. Emily se figea. Des froissements de tissu lui parvinrent. Alors la coquille qu'elle s'efforçait de maintenir vola en éclats. Elle se précipita à la porte verrouillée - elle le restait mauvais rêve après mauvais rêve, tambourina. Ses poings menacèrent de céder sous la violence des coups. Elle frappa jusqu'à la douleur, jusqu'à la peau qui craquelle à cause des écorchures. Elle hurla à s'en briser la voix ; il y eut comme une déchirure dans sa gorge. S'ensuivit un gargouillis qui lui donna un haut-le-cœur. Puis un murmure. Un seul. La preuve que quelqu'un se cachait bien dans la chambre. Un souffle froid caressa l'oreille d'Emily. Son sang se glaça. Elle tenta un cri. Toujours ce gargouillis immonde qui remontait maintenant dans sa bouche...
*Projet "Artilus Py"*
Vous vous souvenez, j'en avais parlé sur Twitter et dans un article sur mon besoin d'écrire dans l'urgence ? Bon, bah depuis, j'ai trouvé un nom de code à ce chantier : "Artilus Py" (je vous expliquerai en temps voulu). Je n'ai pas moins d'une dizaine de scénettes écrites pour environ 7000 mots. Parfaitement, ça fait un peu plus de la moitié de mon camp NaNo ! L'ensemble se déroulera sur trois ou quatre saisons de cinq épisodes chacune (sur le modèle de Rune), et j'ai les résumés courts des deux premières. L'enchaînement est naturel, les portraits se précisent, les caractères s'affirment. Ça devrait être prêt à l'écriture pour le NaNoWriMo.

--------
Crédit photo © Aude Réco