mardi 2 septembre 2014

"Mer noire" / "Colère rouge" : Largo Winch en voit des vertes et des pas mûres

Largo Winch est impliqué malgré lui dans une affaire de trafic d'armes et de terrorisme international. Cible d'adversaires très organisés, Largo se retrouve avec le FBI aux trousses. Pour comprendre ce qui se passe, il n'a pas le choix : direction les ports de la mer noire, où les eaux sont manifestement des plus troubles...

Mer noire n'est définitivement pas mon Largo Winch préféré. J'ai connu le personnage plus rock'n'roll et l'auteur plus inspiré. Et pourtant, j'aime les ambiances maritimes ! Ici, le duo que Mer noire compose avec Colère rouge est basé en majeure partie sur la flotte marchande du Groupe W et sur ce qu'elle cache. Bien entendu, Largo va se retrouver mêlé à un complot alors qu'il ne s'y attendait pas et, toujours bien entendu, il va fourrer son nez dans cette histoire de trafic. Le tout en faisant face à la crise économique et financière qu'essuie son empire.

Impliqué malgré lui dans une affaire de trafic d'armes et de terrorisme international, Largo Winch n'a pas eu d'autre choix que de fausser compagnie aux agents du FBI lancés à ses trousses. Ce qui l'attend, dans les eaux troubles de la mer Noire, offre un visage inattendu : celui d'une femme déterminée à se venger. Et au prix fort, de préférence.

Si le précédent opus ne m'avait guère plus inspirée que ça, c'est pire pour Colère rouge, bien qu'il explore des pans encore inconnus de la série : le passé de Nerio Winch.
Largo a toujours le FBI aux fesses, il est coincé sur un navire en compagnie d'une furie pleine de bon sens et de son fils. J'y ai retrouvé ce qui me plaisait dans les premiers tomes : action entrecoupée de juste ce qu'il faut d'humour. Dommage que la situation de Simon n'évolue pas vraiment.


Que dire de ces deux opus si ce n'est que la saga s'essouffle ? Je suis la première à le déplorer. Les dessins sont toujours aussi beaux et nous plongent directement dans le vif du sujet, mais la plume de Van Hamme semble avoir perdu de sa subtilité. Le panache et la désinvolture de Winch manquent à l'appel, au même titre que Simon d'ailleurs, coincé entre une femme folle de lui qu'il a sauvée et le père de celle-ci. On l'a déjà vu plus utile et mieux employé. J'ai surtout eu l'impression qu'il servait de meuble et bouchait quelques trous dans un récit un peu mou du genou. La couverture de Colère rouge est trompeuse comme c'est pas permis. Bref, on est loin de l'efficacité des précédents tomes. Eux, au moins, balançaient des répliques drôles, inspirées. Et ils se renouvelaient. C'est bien malgré moi que j'ai assisté aux prémices d'une chute qui, je l'espère, permettra de retrouver la verve d'autrefois.

Mes notes : ★★★☆☆ et ★★★

Largo Winch : Mère noire T17 - Philippe Francq & Jean Van Hamme - BD - Dupuis - 13,95€
Largo Winch : Colère rouge T18 - Philippe Francq & Jean Van Hamme - BD - Dupuis - 13,95€