mardi 9 septembre 2014

"Noces d'éternité" : écrire du gothique

Noces d'éternité est mon premier texte gothique, ce qui explique le format novella (quitte à me planter, autant que ce soit sur un, je me cite, "petit truc de rien du tout"). Finalement, ledit truc a fait son nid, preuve que j'ai été inspirée sur ce coup-là. Non pas que ça me faisait peur de m'y essayer mais le genre gothique est pour moi assez particulier (au même titre que le steampunk et la gaslamp fantasy (j'en ai déjà écrit aussi)). Vous l'aurez compris, Noces d'éternité aura surtout été une formidable base d'expérimentations.
The Brown Lady of Raynham Hall.
Source : fanpop.com
Le gothique répond à pas mal de critères mais repose, somme toute, sur des bases assez simples : décors sombres voire glauques, historiques (l'Angleterre victorienne - l'une de mes aires de jeu favories - s'y prête à merveille), atmosphère fantastique, un peu tendue, malédiction et secrets.  J'ai pioché dans ces éléments et, pour une fois, je n'ai pas cherché compliqué. On a un cavalier fantôme, une robe de mariée qui saigne, des manifestations dans un manoir isolé et un drame survenu vingt ans plus tôt. Il y a quelques scènes "à frissons" et une bonne dose de mystère. Le plus dur n'aura donc pas été d'écrire un texte gothique mais un bon texte gothique : pas d'anachronismes, une héroïne qui reflète son époque, le tout sans priver l'histoire d'émotions. Il a fallu viser juste sur plein de niveaux. Jongler entre les sentiments qui expriment la peur et ceux d'une romance paranormale n'est pas de tout repos, et il y a eu des ajustements pendant les corrections éditoriales.
Noces d'éternité est donc un essai concluant, un récit qui se poursuivra entre les mains des lecteurs. Ça ne m'est pas arrivé depuis des années ; j'espère que ça se passera bien.