mercredi 22 octobre 2014

[Histoires fantomatiques] Mes premières amours

On m'a souvent dit "À quoi ça te sert d'écrire des nouvelles puisque ça se vend mal ?". Alors premièrement, il paraît que ça se vend mal, à peu près comme tout en fonction du point de vue ; il y a toujours une exception à la règle ou presque. Deuxièmement, je les écris avant tout pour moi, pour ma plume, pour la faire travailler. Au départ, c'est dans cette optique que j'écrivais Histoires fantomatiques. Puis il y a eu des circonstances faisant que...


Mes premières vraies histoires (entendre par-là les textes non écrits entre 7 et 10 ans) ont été des nouvelles fantastiques. En écrivant Histoires fantomatiques, je voulais retrouver mes premières amours. Ça faisait quelques années que je n'avais plus inventé de récit court. J'étais à fond dans mes romans et mes séries. Je n'ai pas insisté pour les nouvelles et c'est revenu tout seul. Ce format est idéal à plein de niveaux mais j'y reviendrai dans un article beaucoup plus complet.
En plus d'avoir été un exercice formidable, le recueil (que je destinais donc à finir dans un tiroir) est paru. Cinq textes centrés autour de la terreur et que l'on pourrait résumer à cette citation de Sophocle : "Tout est bruit pour qui a peur." En effet, on a tendance à entendre des choses qui n'existent pas sous le coup de la peur. Cette phrase résume parfaitement l'atmosphère du bouquin. Et c'est ce que j'aime écrire par-dessus tout.