mardi 21 octobre 2014

"Ici Paris d'hier à avant-hier" : un formidable bond en arrière

Edition spéciale pour les 100 ans de Gisèle Casadesus. En librairie le 21 août !

Aux pieds du Sacré-Coeur, dans le petit salon du 2 rue de Steinkerque, Gisèle Casadesus, sociétaire de la Comédie-Française et comédienne, parle à Isabelle Blondie de sa ville et de cet appartement où ses parents ont vécu, et où elle est née. Elles se promènent du côté de Montmartre, de Pigalle, font une escapade aux bois, une autre à l'Hippodrome de Montmartre pour qu'avec ce lieu mythique, renaissent de son souffle les débuts du cinéma ; et elles filent, pour quelques emplettes 1900 du côté de l'Opéra avant d'évoquer la salle sous l'Occupation. Les voilà déjà dans les coulisses de la Comédie-Française, traversant les modes et saluant ses icônes, et Isabelle se retrouve dans le petit salon, comme débarquée par une machine à remonter le temps.
« Lors de ce pas de deux, j'ai écouté cette voix sans âge résonner en moi, un privilège et l'impression que j'entrais dans la confidence de Paris. »

Encore un livre gagné grâce à Masse Critique de Babelio !
Il est ici question d'une histoire qui a traversé les âges au cœur de Paris, passant du N&B à la couleur et du cinéma muet au cinéma parlant. Les premiers pas du 7ème art constituent un passage décisif dans la vie de Gisèle Casadesus puisqu'elle est comédienne et, du haut de ses cent ans, elle contemple toujours Paris. Un texte intime, poignant, avec ses passages incisifs et ses moments précieux.
Ce livre est un fantastique bond en arrière, même pour moi qui suis encore jeune. J'ai ressenti la nostalgie de l'époque où je vivais chez mes parents, quand ma mère sortait une cassette vidéo d'un vieux film en N&B, quand ma sœur regardait Sissi à chaque vacances de Noël. Elles m'ont fait découvrir la version originale de Belphégor, L'île aux trente cercueils. Je me rappelle aussi les lundis après-midi quand je rentrais pile à l'heure du lycée pour voir le film de quinze heures sur France 3 avec ma mère. Elle a bien essayé de me faire apprécier Gabin, sans succès (je reste fidèle à de Funès). Je retrouve cette ambiance avec Ici Paris. Me voilà projetée dix ans en arrière et j'adore ça.
Je regrette cependant que Gisèle Casadesus ne s'attarde pas plus sur les années folles, période incontournable de Paris, mais elle ne vivait peut-être pas dans les bons quartiers (Montmartre et Montparnasse). Autre point négatif (et pas des moindres selon moi) : les photographies qui correspondent au texte avec trois-quatre pages de retard. C'est perturbant, ça nous fait remonter plusieurs paragraphes et ça a tendance à desservir le propos). C'est bête, d'autant que la mise en page est sobre et impeccable.

Mépris pour eux il y eut, mais selon Desnos, ce ne sont pas les films qui sont muets ; c'est le spectateur qui est sourd.

Ma note :★★★★☆

Ici Paris d'hier à avant-hier – Gisèle Casadesus & Isabelle Blondie – entretien – Chèvrefeuille Étoilée – 15€