jeudi 2 octobre 2014

L'Angleterre victorienne dans notre culture

Source : Collaborative Pod - Rebecca
(Pinterest).
Je me disais qu'un article au sujet de l'impact de l'Angleterre victorienne sur notre culture illustrerait bien mon souhait d'écrire Noces d'éternité il y a maintenant un an et un mois environ.
Les Hauts de Hurlevent, roman très populaire d'Emily Brontë, le mystère Jack The Ripper, la naissance du spiritisme auquel s'adonnait volontiers Sir Arthur Conan Doyle et, en parlant de Doyle, soulignons les récentes adaptations des aventures de son cher Sherlock Holmes. Sans parler des genres littéraires qui découlent de cette période : gothique, steampunk... Même l'architecture victorienne est concernée puisque beaucoup la considèrent comme le début de l'architecture moderne. En effet, l'industrialisation permettait à l'époque innovations et ornements en bois et en métal.

La période victorienne est riche de multiples inspirations en matière architecturale et aussi du point de vue historique et ethnique. Bon nombre de Français, d'Irlandais, d'Allemands, d'Hindous peuplent les quartiers pauvres de Londres. Des Juifs russes à n'en plus finir aussi. Tous sont séduits par la révolution industrielle.
À plus grande échelle, le XIX ème siècle est celui de toutes les curiosités et pas seulement en matière de tables qui tournent : les livres deviennent un prétexte d'information sur le social, la politique, la morale.

L'Angleterre victorienne, c'est aussi un esthétisme glauque et élégant, qu'il réside dans les tenues, les décors intérieurs ou les paysages. Des pièces surchargées de meubles tous plus beaux et soignés les uns que les autres, les épais doubles-rideaux, le fameux smog... Inutile de se creuser les méninges pour créer une ambiance, on nous la sert sur un plateau !

Je perçois cette époque comme un renouveau. Le paysage européen est bouleversé, les anciennes structures sociales se disloquent puis se cassent finalement. C'est le temps où l'élite intellectuelle va apporter de nouvelles idées dans des domaines variés tels que la science et les arts : première locomotive à vapeur en 1814, installation du premier ascenseur mécanique à usage public à Londres en 1829, apparition de la première ampoule à incandescence en 1835... Tout semble fait, naître pour permettre un nouvel essor et des perspectives plus ambitieuses et m'offre, en tant qu'écrivain, de quoi creuser des possibilités infinies.

Si vous voulez des images sur les années 1800, je ne saurais que trop vous conseiller le tableau Pinterest "1800's" de Terrebella Storia.