mercredi 31 décembre 2014

"Sous les couvertures" : pas grand-chose sous celles de ce roman

Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s'éveillent et se racontent leurs histoires... Mais ce soir, l'heure est grave : les nouveautés viennent d'arriver, et les romans du fond de la librairie n'ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur ! Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s'unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu'ils n'ont pratiquement aucune chance...

C'est l'apparente originalité du récit qui m'a poussée à le choisir pour les Matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten. Et si je n'ai pas été déçue de ce côté, l'ensemble reste assez fade.

Bien que donner la parole à des bouquins est une super idée, l'éventail de personnages (fort nombreux au vu des péripéties) ne permet ni de l'étoffer ni d'y apporter quoi que ce soit. Trop de protagonistes humains déboulent dans le récit pour appuyer/soutenir un élèvement, après quoi ils disparaissent. J'ai eu la sensation que ceux-ci bouchaient des trous que l'auteur creusait lui-même. Le personnage du libraire qui ne croit pas en l'avenir du livre m'a complètement sortie de ma lecture et même s'il reflète parfaitement le marché littéraire actuel, je l'ai trouvé déconnecté du texte.
Malheureusement, l'écriture élégante et le style agréable de Bertrand Guillot ne permettent pas de sauver ce qui, au départ, s'annonçait comme une lecture qui sortirait des sentiers battus. À l'instar de leur caractère bien défini, les mouvements des livres paraissent flous, peu réalistes, et leur prise de position fantasque. L'ensemble manque d'un dynamisme qui aurait permis de refermer l'ouvrage avec plus qu'une flopée de morales et de paroles bien pensantes. Force est de constater qu'au-delà des constatations, il ne se passe pas grande-chose sous la couverture du roman de Bertrand Guillot.

Ma note : ★★☆☆☆

Sous les couvertures – Bertrand Guillot – roman – rue Fromentin – 16€