mercredi 21 janvier 2015

Remodeler un texte

Je ne parle pas ici de réécrire un récit mais bien de le remanier. Il arrive souvent que des détails empêchent la fluidité d'une intrigue. Oh les vilains ! Si écrire, avec le temps, peut devenir une petite routine, les V2 et consorts ne doivent surtout pas tomber dans les mêmes rouages. Elles nécessitent une attention de tous les instants, et l'œil s'aiguise avec l'expérience. Fort heureusement. Les nouvelles versions ont pour objectif de remodeler l'ensemble en fonction de vos ajouts. Écrire, effacer, retravailler, calibrer les informations, raccourcir. C'est ce qu'on appelle les corrections.


Trouvée sur oohlafroufrou.blogspot.gr

Tous les textes ne requièrent pas autant de minutie ; tout dépend d'un nombre incalculable de facteurs comme les péripéties, les protagonistes, leurs intérêts et ambitions... Le remodelage prend souvent l'apparence d'un puzzle. Plus la préparation et l'écriture seront soignées, moins il sera compliqué.




À noter :
  • correction : on reprend le texte tel quel et on procède à l'élimination des coquilles, incohérences et maladresses ;
  • remodelage : on reprend l'idée d'origine, le squelette et on réarticule les éléments clés autour ;
  • réécriture : on reprend l'intégralité du fond et de la forme, on garde la base uniquement si elle tient la route.




Pour remodeler un récit, certains points sont à prendre en compte :
  • l'ordre des péripéties ;
  • la volonté des personnages à accomplir ce que vous leur destinez (quête, vengeance, apprentissage...) ;
  • la manière dont vous gériez les protagonistes pendant l'écriture et celle dont vous les percevez au moment des corrections ;
  • la nature de votre remodelage ;
  • ...

1. Phase préparatoire

Comme je l'expliquais dans un précédent billet, il est important d'entamer vos corrections quand vous vous sentez prêt(e). Il n'y a rien de pire que de renâcler. Vous passerez à côté de plein de coquilles/incohérences/autres, et vous finirez par vous en apercevoir. À un moment il faudra recommencer ; vous aurez donc perdu votre temps.

Vous avez terminé votre texte, l'avez laissé reposer ? Vous voilà vraiment motivé(e) ? Passons à la phase préparatoire.



Remettez-vous dans le bain en effectuant une première relecture globale sans prise de notes. Vous aurez l'occasion de le faire plus tard. Interrogez-vous cependant :
  • quel est votre ressenti général ?
  • y a-t-il des incohérences ?
  • l'intrigue est-elle compréhensible ?
  • (ajoutez ici vos propres questions, je suis sûre que vous en avez).

Trouvée sur sheknows.com

Relisez le tout, cette fois en annotantcommentant tout ce que vous relèverez. Mais ne cherchez pas comment résoudre les problématiques. Pas encore. Il vous faut établir un plan d'attaque. Prévoyez :
  • de quoi éclaircir les points qui le nécessitent ;
  • de fluidifier les descriptions, de les étoffer au besoin ;
  • de travailler le contexte ;
  • d'améliorer la structure ;
  • ...

2. L'ordre des péripéties
Il vous arrivera peut-être (sans doute ?) de revoir la succession de vos péripéties. Les inverser entraînera des contradictions, des impasses, des revirements de situation. Et remettre chaque pièce à sa place exigera plus que du simple bricolage. Modifier l'ordre des actions engendrera des inégalités de rythme, une cassure dans la structure.
Commencez par dresser une liste des points à revoir, de ce qui conviendrait de modifier pour aboutir et satisfaire vos exigences. Demandez-vous pour quelle raison vous souhaitez intervenir dans la suite des évènements. À partir de là, vous pourrez envisager de nouvelles possibilités pour votre histoire.

3. La volonté des personnages à accomplir ce que vous leur destinez
Il se peut que vos personnages aient changé depuis leurs premiers pas. L'évolution est normale et inévitable, mais c'est ensuite à vous de la rendre naturelle. Il paraît aussi évident que la volonté de vos protagonistes soit cohérente avec leur caractère.
Outre ces deux points, n'oubliez pas que les épreuves à venir les transformeront en bien ou en mal (si tout le monde était beau et gentil, ça se saurait ; c'est pareil en littérature). Votre récit doit orchestrer ces modifications de manière censée pour créer de l'émotion : empathie, colère, abnégation, renoncement.... Rappelez-vous que sans personnages, pas d'histoire, alors soignez l'un comme l'autre : ils se rendront mutuellement service. Vous pouvez bien entendu tout miser sur l'intrigue, mais il faudra alors vous surpasser.
On distingue trois types de personnages :
  • les principaux ;
  • les secondaires ;
  • les figurants.
Faut-il pour autant tous les retravailler ? Tout dépend en fait d'un tas de facteurs comme la trame, les interactions, le genre (un figurant pourrait être la clef du mystère dans un polar). À vous de voir, de doser, d'essayer. L'expérience, toujours l'expérience.

4. La manière dont vous gériez les protagonistes pendant l'écriture et celle dont vous les percevez aujourd'hui
Le laps de temps entre rédaction et remodelage/réécriture/corrections est très important. Bien le doser vous permettra de replonger dans le récit tout en gardant un souvenir récent de votre travail. Veillez à ne pas rouvrir votre manuscrit trop tôt ni trop tard. Trop tôt parce que vous manquerez de recul. Trop tard, car votre mémoire vous jouera sans doute des tours (on n'a qu'un cerveau après tout). De plus, vous baignerez peut-être dans un autre projet qui occultera complètement votre nouveau travail. Forcément, au bout de quelques semaines ou mois, votre perception des personnages et de l'ensemble aura changé, mûri (si tout se passe bien). Vous aborderez donc les choses sous un nouvel angle, et vous aurez envie de faire progresser vos chers héros/antihéros/autres. Cette volonté est louable, intéressante à exploiter, bénéfique pour votre texte, mais engendrera ce que j'appelle des faux raccords. Si vous pensiez remodeler sans vous retaper tout le récit, passez votre chemin, car vous n'aboutirez à rien de cette façon.

5. La nature de votre remodelage
Vous êtes-vous interrogé(e) sur le pourquoi de votre remodelage ? Qu'est-ce qui vous a convaincu(e) de réorganiser votre texte plutôt que de le réécrire ou de le corriger ? Vos motivations vous en apprendront beaucoup sur ce que vous attendez de cette nouvelle mouture, sur votre manière de l'appréhender et sur vos capacités. Si vous interroger vous incommode/ennuie/insupporte, vous n'êtes pas prêt(e). Mieux vaut encore attendre. Prenez garde à aborder le remodelage avec plaisir. C'est la même passion que pendant l'écriture qui doit vous habiter.



Prochain article : "Le mantra de l'écrivain".