mardi 10 mars 2015

Doctor Who : La chasse au mirage. "Les apparences sont parfois trompeuses"

En 1936, des fouilles mettent au jour les reliques d'une autre époque, d'une autre planète... Mais pourquoi Rory n'a-t-il jamais entendu parler de cette découverte ? Et si le réel n'était que pure fabrication ? Quant à Amy, elle est persuadée que le Docteur est originaire de Mars et ce dernier perd tous ses repères. Car comment vaincre un ennemi capable d'altérer le réel à volonté ?

Alors par quoi commencer ? Une chronique d'un roman Doctor Who est toujours une délicate affaire puisqu'il faut parler du bouquin en gardant la série à l'esprit sans pour autant mélanger les deux. En effet, les plumes de chaque auteur étoffant le whoniverse sont toutes différentes, mais gardent le même objectif : rester le plus fidèle possible à l'esprit de la série télé.
Nous retrouvons donc ici les Pond ainsi qu'Eleven et ses fantasmagories habituelles (et c'est rien de le dire). Ce dernier est peut-être un poil plus tordu qu'à l'écran, mais dans l'ensemble, le perso ne change pas des masses et conserve son côté délirant à toute épreuve. Amy est toujours aussi spontanée et réactive. Rory, lui (et pour changer) n'est pas à la traîne, bien au contraire ! Son personnage est exploité différemment ; il entretient même une sorte de complicité avec le Docteur. C'est un point vraiment bienvenu !
Trois bémols néanmoins, malgré une lecture très agréable. Premièrement, l'apparition de notre trio est un brin tardive. Après la cinquantième page. On se retrouve finalement avec presque un quart de récit sans eux et ça ôte un peu de son charme au bouquin. Mais ! car il y a un mais : l'entrée en matière du Docteur est pour le moins surprenante (non, je ne spoilerai pas). Deuxièmement, la couverture en dit beaucoup beaucoup trop sur ce qui va se passer. Pour preuve, j'avais deviner tout de suite qu'il y aurait ceci et cela (je ne spoilerai toujours pas). Et comme on n'achète pas un bouquin les yeux fermés, au propre comme au figuré... Troisièmement : la fin. Trop succincte. Pas bâclée, mais en tout cas exploitée à son minimum. Juste une succession de péripéties, d'explications dont seul le Docteur a le secret et voilà. Je n'ai pas ressenti le danger ni l'urgence tenus dans les propos d'Eleven. Je n'ai eu peur pour les protagonistes à aucun moment. Et je ne me suis pas laissée avoir par le mirage. En revanche, concernant le titre, une apparence peut en cacher une autre.
Pour le reste, c'est fun, drôle et déjanté. Comme chacun des romans de la franchise que j'ai lus jusqu'à présent.

Ma note : ★★★★☆

Doctor Who : La chasse au mirage – Gary Russell – roman – Milady – 7€