vendredi 24 avril 2015

[04.2015] Des nouvelles du front

Le Camp NaNoWriMo touche doucement à sa fin et il me reste environ 8000 mots à aligner sur mon objectif de 35000. Ce fut un bon mois, loin de ce que j'ai déjà pu faire par le passé (du genre 104000 mots), mais le résultat est meilleur. Il y a donc du pour et du contre.


Ocre rouge continue son bout de chemin avec toujours son petit groupe de grenouilles sur CoCyclics. J'amorce doucement les derniers éléments essentiels au grand final et pour une fois, je m'aperçois avoir bien goupillé l'ensemble. Les ajouts (plusieurs chapitres) ne me compliquent absolument pas la tâche et ce qui devait être un projet au rythme de croisière se transforme en véritable tempête de sable (au moins c'est synchro avec le récit, me direz-vous). J'espère seulement ne pas aller trop vite et ne pas saboter sans m'en apercevoir ce que j'ai mis tellement de temps à imaginer. Si rien ne se goupille comme prévu, je sens poindre la catastrophe à la fois narrative et un peu personnelle. Parce que ça voudrait dire qu'il faut que je retourne en arrière le plus vite possible avant d'oublier les détails et qu'une fois le roman bouclé, je voudrais simplement le laisser reposer dans son jus. Bien sûr, je ne verrai ça qu'une fois l'ensemble terminé (si ce n'était pas chiant, ce ne serait pas drôle, n'est-ce pas ?).

Comme il me reste à peu près 15000 mots à poser sur Ocre rouge, j'ai décidé de reprendre en parallèle les corrections de Sluagh et autres cauchemars sur terre, mon recueil de nouvelles fantastiques écrit l'année dernière. Une histoire de golem me donne du fil à retordre, mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Quand je l'aurai peaufinée et relue, j'en serai au tiers des corrections et je pourrai doucement me demander ce que je vais faire de ce manuscrit.
J'en parlais sur Twitter fin d'année dernière avec quelques auteurs, et je pensais à l'auto-édition. Pas juste parce que j'ai envie de tester. J'ai de bonnes raisons à ça que je n'exposerai pas ici (ou peut-être un autre jour dans un article dédié, quand j'aurai franchi le pas ou que je m'apprêterai à le faire). En attendant de prendre une décision, les textes doivent être impeccables. Alors j'y retourne.

Quant aux dernières bêta-lectures de Faiseur de rêve, elles ne devraient plus tarder à me revenir. Une ultime relecture et hop ! direction les tuyaux éditoriaux. J'ai une grosse appréhension pour ce manuscrit ; j'espère que quelqu'un sera assez motivé pour accepter ce qui, somme toute, est une sorte de vision du monde. J'ai essayé de créer quelque chose d'original. J'ai pioché plusieurs idées qui - et je le pensais sincèrement - n'avaient trop rien à voir ensemble, mais en fait si. J'ai tout rapproché, coordonné les évènements, raccordé les trois éléments principaux : un tueur en série caché sous un masque de porcelaine, des ombres envahissantes et une ville isolée du reste du monde. Le tout avec quelques clins d'œil, dont un à Jules Verne (comment faire autrement ?). Mes bêta-lecteurs, eux, ont beaucoup aimé. Ils ont aussi beaucoup travaillé sur ce projet avec moi, m'ont fourni des pistes intéressantes et détecté erreurs et incohérences avec minutie. Je ne les en remercierai jamais assez. Je pense donc le bébé prêt et il devrait partir chez les éditeurs dans un petit mois.