mardi 14 avril 2015

La caractérisation de ses futurs personnages

Si elle n'est pas toujours une mince affaire, la caractérisation de ses personnages est pourtant une étape essentielle à la préparation de son roman. Surtout si vous préférez ne pas vous retrouver avec des protagonistes qui sonnent faux ou avec un personnage secondaire qui vole la vedette au héros.

Trouvé sur www.chezcamille.eklablog.com

1. Inventer le personnage et adapter le récit

L'image que l'on a de son protagoniste et celle que l'on renvoie à l'écrit est parfois différente. Et c'est là que le bât blesse puisque vous êtes censé(e) savoir retranscrire la moindre émotion, la moindre caractéristique de votre perso sur le papier.
Pour commencer, le personnage ne doit pas s'adapter au récit, c'est le récit qui gravite autour du personnage.
Comme je le disais dans mon article "Apprendre des autres : II - De l'observation pour se construire", votre préparation passera par :
  • la base : nom, âge, apparence physique ;
  • les convictions : religion, valeurs, idées ;
  • le reste : habitudes, vie sociale, loisirs, racines...
Pensez même aux détails qui n'apparaîtront pas directement, mais qui pourraient justifier une action, une remarque, une prise de position... Rendez votre personnage cohérent, crédible, sans oublier l'originalité. Comprenez-le avant d'espérer le faire comprendre aux autres.

2. Croire en son personnage

Pour créer un perso, il faut y croire et se mettre à sa place pour que ça sonne vrai et juste. J'aime assez cette citation de Henri-Frédéric Amiel (pour savoir de qui il s'agit, clic sur Wikipédia mon ami) : "Apprends à porter ta pensée avec toi, au lieu de ne l'avoir que sur ton papier ou dans ta plume." - Journal intime, 1851.
Il y a toute une dimension qui se met en place autour de chaque personnage. Une sorte de bulle dans laquelle vous devrez entrer et à laquelle vous devrez vous familiariser pour comprendre les rouages, les automatismes de votre protagoniste.

3. Apprendre à anticiper les réactions

Les mécanismes qui composent un personnage sont simples ou complexes, selon ce que vous désirez en faire. Notez que plus sa nature sera alambiquée, plus vous aurez la tâche ardue. D'où l'utilité de penser comme votre héros, d'apprendre à anticiper ses réactions.
Comment réagira-t-il à telle ou telle situation ? Comment réagira-t-il par rapport aux autres personnages ? Son comportement est-il en adéquation avec ses principes, ses habitudes ? Avec ce qu'il est fondamentalement ? N'en fait-il pas trop ? Ses réactions sont-elles justifiées et ont-elles un lien avec ses objectifs ?

4. Faire exister un personnage à l'écrit

Je trouve que faire transparaître les émotions est le plus difficile. Faire exister un perso à l'écrit, c'est éviter le show, don't tell. Pour les non-anglophones et les novices, il s'agit de montrer, d'exprimer les émotions autrement que par les mots en eux-mêmes. Je développe :
  • réaction ;
  • suggestion ;
  • silence ;
  • ...
L'idée est de faire appel aux propres sensations du lecteur, de lui suggérer ce que vous souhaitez véhiculer avec nuances et précision.
La subtilité est aussi de mise dès lors que votre personnage entame sa "vie de papier". Préférez une entrée en matière tranquille quant à ses caractéristiques. Présentez l'essentiel, vous aurez tout le temps de vous pencher sur le reste au cours des autres chapitres.

5. Faiblesse/Action/Transformation

Nous y voilà, le fameux Faiblesse/Action/Transformation de John Truby dans L'anatomie du scénario : employez la faiblesse de votre héros à bon escient, ne le laissez pas se reposer sur ses lauriers, instaurez une action qui le transformera en bien ou en mal. Il doit mûrir, échouer, se tromper sans tomber dans la caricature ou la mièvrerie (sauf si tel est votre objectif).


Malgré les apparences, caractériser ses personnages est une étape très amusante. Les voir grandir, devenir par écrit ceux que vous avez toujours imaginés est aussi stimulant. Cette étape forgera votre sens du détail, développera votre manière de considérer les choses et de les relier entre elles pour brosser des portraits de plus en plus vraisemblables. Et tant qu'on y est, n'hésitez pas à répondre au questionnaire de Proust.



Prochain article : "Écrire du steampunk : au-delà du cuivre et des machines à vapeur".