jeudi 21 mai 2015

Le cauchemar d'Innsmouth : et le cauchemar prend vie

Innsmouth... C'est le hasard qui m'y conduisit, durant cet été où je fêtais ma majorité en parcourant la Nouvelle-Angleterre. Je voulais me rendre à Arkham, mais le prix du billet de train me fit hésiter. C'est alors que l'employé des chemins de fer me parla de ce vieil autobus, que presque personne n'empruntait. Parce qu'il passait par Innsmouth... Mais pourquoi les gens évitaient-ils cet ancien port de pêche, comme si ses habitants avaient la peste ? Après cette horrible nuit que je passai là-bas, je compris. Je réussis pourtant à m'échapper, de justesse. Était-ce vraiment une chance ? J'ignorais alors que le cauchemar ne faisait que commencer...

Je viens de lire Le cauchemar d'Innsmouth (également connu sous le titre L'Ombre sur Innsmouth) d'une traite et je n'ai qu'un mot à dire : waouh !
Les descriptions de Lovecraft constituent le plus gros du texte et l'imagination du narrateur Robert Olmstead, couplée à celle du lecteur, prend vite le relais. Mais replaçons le contexte.
Robert Olmstead voyage pour fêter sa majorité et s'arrange toujours pour économiser sur le trajet. Aussi quand on lui parle d'un bus qui lui permettrait de rejoindre la ville fictive d'Arkham à moindre coût, il n'hésite (presque) pas à y monter. Seul hic : Innsmouth, une ville que chacun évite avec un soin tout particulier. Des histoires, des rumeurs circulent sur son compte et sur ses habitants. L'étrange apparence de ces derniers attise le dégoût. Innsmouth n'est pas un endroit où il fait bon jouer les touristes. Féru d'architecture, Robert décide pourtant de jeter un coup d'œil sans pour autant se risquer à attirer la curiosité sur lui. Du moins ses intentions allaient-elles en ce sens. Parce qu'à chaque fois, c'est comme si un élément l'intriguait et l'entraînait un peu plus loin dans des recherches dont il ne soupçonnait pas l'existence des heures auparavant.
Une atmosphère oppressante se dégage de ces lignes. Une aura mystique tissée de mythes, de culte étrange et de bijoux aux figures repoussantes. Innsmouth a tout de cette ville infernale qui ne s'en cache pas, mais qui demeure cependant mystérieuse à souhait. Installée en bord de mer et retirée au-delà de marécages et d'une route très peu fréquentée, elle tient encore à peine debout. L'auteur joue énormément sur son apparence, sur ses rues étroites et sombres. Quelques endroits deviennent les piliers de ce qui ressemble beaucoup à une ville fantôme, sauf que celle-ci est habitée.
Il y a quelque chose de malsain dans ce livre (et je n'ose même pas parler de l'odeur de poisson qu'on a l'impression de sentir à travers les pages). Difficile de retranscrire dans une chronique tout ce qui émerge du Cauchemar d'Innsmouth, de ses rouages et de ce que ressent le lecteur en le refermant. Je m'arrêterai donc ici et le meilleur conseil que je puisse vous donner est celui de le lire. Personnellement, j'enchaîne avec Les Montagnes hallucinées du même auteur.

Ma note : ★★★★★ ♥

Le cauchemar d'Innsmouth – H. P. Lovecraft – nouvelle – J'ai Lu – 4€