samedi 23 mai 2015

"Ocre rouge", suite et fin d'une aventure

Cinq mois. Il m'aura fallu cinq mois d'écriture et un peu plus d'un an de préparation pour aboutir, alors quand je dis que je suis joie, le mot est faible. D'autant que l'ambiance autour de l'écriture des derniers chapitres n'aura pas été favorable. Heureusement, j'ai reçu une cargaison d'encouragements et de cœurs et je peux vous garantir que ça motive ! Un gros merci aux copains auteurs qui étaient là, quelque part derrière moi, pour m'apporter leur soutien sur CoCy, sur les réseaux sociaux ou en privé.

Image trouvée sur flickr.com

Je disais donc cinq mois. Un régal pour moi qui expérimentais le steampunk et aussi un peu d'autres choses. Mon duo Ocre rouge/Adrien m'a beaucoup inspirée. C'est drôle, d'ailleurs, la facilité avec laquelle on s'attache à nos petits personnages. J'ai vraiment passé de bons moments, parfois coincée entre le sale caractère d'Ocre rouge et la sensibilité d'Adrien dont je ne voulais pas qu'il devienne un boulet (autant pour les autres persos que pour moi).
Je n'ai quasiment pas travaillé sur ces deux-là. Leurs répliques, leurs engueulades, leurs manières... tout est venu automatiquement. Je les connaissais déjà avant même de poser la première ligne. J'ai noté une nette progression dans leur relation et ce du début à la fin. Je dis toujours que je ne retrouverai jamais des personnages pareils et les suivants m'étonnent encore plus. Ceux de ce roman ne font pas exception. Ad' et Ocre rouge ont été un véritable défi pour moi. Faire en sorte qu'ils évoluent sans toucher à leur nature profonde aussi. Ils devaient rester eux-mêmes malgré les situations qui se sont enchaînées, mais en sont forcément sortis changés. La barrière entre l'avant et l'après était très étroite.
Mine de rien, beaucoup d'éléments ayant permis leur évolution sont venus se greffer au reste en cours de route. Je suis partie d'un synopsis de travail peu détaillé, mais je savais où j'allais et je ne m'attendais pas à en ajouter autant. Ocre rouge, c'est de la bagarre, des flingues, des prises de bec, mais ce sont surtout des émotions : colère, abnégation, incompréhension, peur, honte... Si le steampunk occupe bien sûr une place prépondérante, les personnages se sont très bien intégrés à l'ensemble et aujourd'hui, je les préfère à l'ambiance.