mardi 16 juin 2015

Proie Dunoir : à cor et à cri

My name is Dunoir. Proie Dunoir. Laissez tomber : private joke. Qui je suis ? La nouvelle recrue du B.A.S., la banshee de service. On m’a engagée pour botter les culs des méchants qui hantent les rues de Rédemption. Sauf qu’entre les monstres mythiques, les divinités en goguette, les vampires crétins et les Puissances qui se bousculent au portillon, je ne sais plus où donner de la tête. Alors, quand en plus la Famille (la mienne, sinon ce ne serait pas drôle) s’en mêle, j’ai bien besoin de mes collègues Lucrèce et Leyhan pour y mettre un peu d’ordre. Sans oublier Jack, le loup. Mon âme-sœur, parait-il. Je vous ai déjà parlé de mon âme ? Y a moyen d’écrire tout un roman sur le sujet. Ah ! Mais attendez... Bref, y a des jours comme ça où on se dit qu’on aurait mieux fait de se casser la jambe au saut du lit !

Et y a des jours comme ça où on se frotte les mains à l'idée de découvrir un roman qui va encore nous emmener loin.
Bienvenue dans le monde et dans la tête de Proie Dunoir, banshee au sens de l'humour corrosif, du genre à vous chercher des poux. Gaëlle K. Kempeneers a su allier action et parenthèses humoristiques tout en prenant le temps de bien poser les choses. Ses personnages laissent une forte impression, chacun à leur manière. Il y en a pour tous les goûts, aussi devriez-vous en trouver un qui vous aille comme un gant.
Proie Dunoir n'est pas de ceux qui se laissent marcher sur les pieds ni dicter leur conduite. Elle fonce dans le tas, pieu rétractable à portée de main, et elle défonce les serrures à coups de cris (si c'est pas la classe internationale, ça ?). Et inutile de vous préciser que l'intrigue tient la route. 400 pages le bébé. 400 pages de rebondissements ; c'est qu'on y casse du vampire et on y cause avec des fantômes. Bref, il y a de l'ambiance et l'auteur sait manier le clavier. À découvrir. Vraiment. Ça sort incessamment sous peu. Le 18, pour être précise.

Ma note : ★★★★★ ♥

Proie Dunoir – Gaëlle K. Kempeneers – roman – Walrus