vendredi 29 janvier 2016

#Corrections : alpha/bêta-lecteurs

Qui dit nouvelle année dit bonnes résolutions ou, au moins, objectifs (pour celles et ceux qui savent qu'on ne tient guère nos bonnes résolutions plus de quelques semaines).
Les corrections étant la bête noire de la plupart d'entre nous, j'ai décidé d'y consacrer tout le mois de janvier.
Nous avions parlé, dans l'introduction, de positivisme et de patience. Puis nous avons causé to-do list, communauté Wattpadienne (entre autres) et outils destinés à vous simplifier les corrections. Aujourd'hui, place à l'intérêt de la bêta-lecture.



Pour commencer

Je tiens à préciser que, personnellement, je ne fais pas la distinction entre alpha et bêta-lecteurs, regroupant le tout sous l'appellation bêta-lecteurs, voire bêta (oui, comme le Schtroumpf).
Ensuite, il faut bien distinguer le bêta-lecteur du correcteur. Le premier interviendra avant le second, car il est inutile de faire corriger un texte qui n'est pas abouti et donc susceptible de grossir ou de rétrécir.
Dernier point, cet article ne portera pas sur les méthodes de bêta ni sur la manière de trouver des bêta-lecteurs, mais bien sur leurs qualités.

Structurer vos corrections

Le rôle du bêta (et désolée (ou pas) si maintenant, vous visualisez un Schtroumpf) est de dresser une critique constructive de votre œuvre, fond et forme confondus. Certain(e)s diront qu'il se limite au fond, que la forme dépend d'un(e) correcteur/trice, mais le plus souvent, un bêta se penchera sur les deux, car il est difficile, voire impossible de dissocier les deux.
Critique constructive, donc. Il ne s'agit pas de descendre un texte ou son auteur en flèche, quand bien même l'un ou l'autre (ou les deux) serait mauvais.
Quels points entrent en ligne de compte ?
  • le rythme ;
  • la cohérence ;
  • la construction du récit ;
  • la psychologie des personnages ;
  • les passages inutiles ou, au contraire, ceux qui mériteraient un développement ;
  • les descriptions ;
  • les personnages/passages qui se contredisent ;
  • ...

Généralement, le bêta rend un avis global à la fin de chaque chapitre et/ou à la fin du texte entier. C'est à partir de cette synthèse que vous pourrez dresser une liste des choses à faire afin de structurer vos corrections. Plus facile à dire qu'à faire ? En effet, surtout la première fois, mais c'est un pli à prendre.
Je vous laisse un récapitulatif, plus bas, sous forme de poster que vous pourrez imprimer si le cœur vous en dit.


Approfondir vos corrections

Le bêta-lecteur fait donc office de troisième et quatrième yeux sur votre travail, de petite voix qui attirera votre attention sur les points à revoir, mais aussi sur ceux qui lui plaisent. En outre, il vous permettra d'approfondir vos corrections.
Ceci passe par :
  • ne faire aucune modification si vous êtes intimement convaincu(e) qu'elle n'apportera rien au récit ;
  • privilégier les retours qui se répètent ;
  • apprendre à sacrifier/ajouter quelque chose pour renforcer le texte ;
  • discuter des retours tout au long du travail de bêta.

Prendre du recul me paraît logique et indiscutable. Par ailleurs, il vous faudra faire face aux critiques, mais j'aborderai le sujet dans le prochain article.

Un récapitulatif des corrections en image


On n'hésite pas à imprimer !

Prochain article : #Corrections : acceptez la critique (le 30 janvier).







Et je reçois un sourire, des ressources d'écriture, des trucs et astuces et des printables...