mercredi 24 février 2016

Nouvel extrait de Cœur sommeil.



Si vous avez du mal à lire :

"Le fiacre roulait toujours lentement et s’engageait dans un village que Griffin reconnut en ouvrant son rideau. Des chaumières et fermes s’organisaient en rues plus ou moins étroites, vagues sentiers de terre calcaire. Le clocher d’une église apparaissait en arrière-plan, ainsi qu’une école, et découpait le ciel d’un blanc éclatant. Près de l’entrée, un bureau de poste devant lequel on ne se bousculait pas. Les lieux, nichés au cœur des collines ondoyantes, respiraient la quiétude, ou plutôt l’ennui selon Griffin. Pareils à tout autre, ils proposaient le même paysage sauvage. L’Irlande possédait son charme, froid, farouche, vertigineux, mais de ce village ne se dégageait que la mélancolie."

Je vous remets le résumé au cas où vous seriez passé(e) à côté :

À la fin du XIXème siècle, Judith Mill, une jeune femme muette et souffrant de fatigue chronique, emménage avec ses parents à Mill’s manor, sur la lande irlandaise, loin du tumulte de Londres. Mill's manor et ses falaises, son paysage apaisant... et ses curieux phénomènes. Des pleurs retentissent régulièrement dans le manoir et une silhouette vaporeuse en arpente certains couloirs. Judith a peur. Peur de ne trouver aucune aide, peur des cauchemars qui l'assaillent et dans lesquels on l'attaque. Et que dire du mystérieux Griffin Bennett, son voisin aux airs de parfait gentleman, dont elle se méfie pourtant ? Que note-t-il dans ses innombrables carnets ? Quelle est la forme lumineuse qui apparaît quelquefois derrière lui ? Surtout, pourquoi Judith a-t-elle le sentiment de déjà le connaître ?

Rendez-vous le 24 mars pour le début des précommandes numériques et papier, puis le 24 avril pour la journée de lancement (avec des livres à gagner).
Pour en savoir plus, c'est dans l'article dédié.