mercredi 9 mars 2016

La femme à travers les siècles, partie 1.1/6 : au siècle de Périclès

Vous n'êtes pas sans savoir qu'hier, nous étions le 8 mars, et plutôt que de bêtement souhaiter une joyeuse fête à tout va dans un but totalement à côté de la plaque, j'ai choisi d'articuler une série d'articles sur la femme à travers les siècles.
Elles ont marqué leur époque, gouverné un royaume ou défendu leurs libertés. Assurément des femmes de volonté, d'instinct. Elles ont évolué dans un milieu d'hommes, sont montées sur le trône. Têtes couronnées, abandon du corset, influence politique... Durant plusieurs semaines, vous découvrirez Aspasie, Néfertiti, la fée Morgane, la reine Victoria, Gertrude Stein et Simone de Beauvoir. Les parcours de ces femmes hors du commun sont autant de sources d'inspiration pour les écrivains, alors profitons-en pour botter une bonne fois pour toutes le cul aux clichés !

Source : Wikipédia.


Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous connaissez sans doute celui de Périclès, homme d'État Athénien à qui l'on donne souvent le nom à tout un siècle : le Vème avant notre ère.
Vème siècle, donc. Pour vous situer un peu, Athènes connaît son apogée. On parlera très vite de "premier citoyen de sa patrie" et surtout, on reprochera à Périclès sa relation avec une métèque - concubine ou épouse officielle : Aspasie.

Des origines controversées

Les sources concernant l'existence d'Aspasie sont tardives et divergent, car elles sont essentiellement attribuées à des adversaires politiques de Périclès ou à des auteurs comiques. Platon, Aristophane et Xénophon font mention de son existence. Certaines sources antiques indiquent qu'elle était une prisonnière devenue esclave, mais ces informations ont été jugées erronées. Pour le reste, c'est assez flou. Sans doute hétaïre grecque ou courtisane, elle aurait été l'épouse de Périclès et lui aurait notamment donné un fils. Qu'elle soit née en Asie mineure (du côté de l'actuelle Turquie) semble avéré, de même que son influence politique et son érudition.
Quoi qu'il en soit, Aspasie serait née dans une famille riche, ce qui justifie une bonne éducation.

Athènes

Une fois à Athènes, la belle ne perd pas son temps puisqu'elle aurait géré une maison close dès son arrivée. Recherchée autant pour ses qualités intellectuelles que pour sa beauté, elle est connue pour sa conversation en société. Il paraîtrait même que sa maison soit devenue l'un des centres culturels d'Athènes, dans laquelle elle accueillait hommes politiques, artistes et philosophes, dont Socrate. Elle aurait formé d'importantes personnalités à l'art oratoire, ce qui nous éloigne de l'image de maison close telle qu'on se l'imagine.
Ainsi, certains remettent en cause le statut de courtisane d'Aspasie, car les fonctions qu'elle occupait restent très détournées de celles des femmes de son temps. Elle évolue dans un milieu d'hommes et s'approprie des disciplines masculines. Quant aux sources faisant d'elle une hétaïre, on peut aussi se demander si elles ne résultent pas d'une accusation destinée à attaquer un adversaire politique. Néanmoins, rien ne vient prouver le contraire non plus. Aspasie devient une cible facile pour les auteurs comiques et les ennemis de Périclès, que espèrent l'atteindre par le biais de cette étrangère dès les premiers revers.

"Trop brillante pour être une honnête femme"

Les origines d'Aspasie semblent justifier son indépendance. En effet, sa nationalité ne l'astreignait pas au devoir habituel de gardienne du foyer familial. Elle payait cependant des impôts comme n'importe quel citoyen. Par ailleurs, elle participait à la vie active de la cité et à ses débats publics.
Considérée comme "trop brillante pour être une honnête femme" (n'est-ce pas, Marie Delcourt ?), on n'hésite pas à l'accuser de prostitution. Sa relation indéterminée avec Périclès - car pas de mariage - ne plaît pas et on ira même jusqu'à attribuer à Aspasie la responsabilité de la guerre contre Samos, pour aider sa ville natale. Mais qu'elle ait exercée une influence politique sur Périclès, là, auteurs comiques et philosophes sont d'accord.


Malgré des origines et des actes controversés, force est de constater qu'Aspasie a su marquer son époque d'une façon ou d'une autre. Qu'elle ait vraiment fait ceci ou cela ne change rien à l'image forte qu'elle véhicule aujourd'hui. Voilà de quoi créer un personnage féminin cultivé et passionnant, centre de nombreux rebondissements, de passions et de jalousies. Toutefois, Aspasie n'est pas représentative de la femme Athénienne et j'aborderai le sujet dans le prochain article de cette série.







Et je reçois un sourire, des ressources d'écriture, des trucs et astuces et des printables...