vendredi 29 avril 2016

10 raisons pour lesquelles j'aime écrire

Je pique l'idée à Marièke, du blog Mécanismes d'histoires, bien que cet article aurait pu se nommer "10 raisons pour lesquelles je dois écrire" ou "10 raisons pour lesquelles mon cerveau ne me laisse pas ne pas écrire".



Là encore, je rejoins Marièke quand elle dit que l'écriture est souvent perçue comme éprouvante. En effet, il n'est pas rare de lire ou d'entendre un auteur dire qu'il a accouché d'une scène, voire d'un roman entier, dans la douleur. Ça a été le cas pour Cœur sommeil, alors que les mots pour le Projet Plume ont coulé d'eux-mêmes. Il existe pourtant de sacrées raisons d'aimer écrire, autant pour moi que pour les autres, sans quoi on aurait arrêté il y a belle lurette.

Le brainstorming

Enfin, je ne brainstorme pas à proprement parler. Ou je ne m'en rends pas compte. J'ai comme un tableau dans la tête et je trie les idées qui me viennent selon les chantiers. Je ne note que celles qui n'ont pas (encore) de projets. Dans un carnet de préférence. Normalement, j'en trimballe toujours un dans mon sac.
Tout ça pour dire que j'adore le moment où tout commence à se mettre en place sans même que je m'en aperçoive. C'est un mélange d'enthousiasme et d'excitation. C'est le début de quelque chose, je ne sais pas encore à quoi ça va ressembler, mais j'y prends un plaisir dingue.

Pinterest

Je suis quelqu'un qui a besoin de visualiser. En vrai. Mais à moins de parcourir le globe avec mon appareil photo ou de me dégoter un TARDIS pour remonter le temps et finir fin XIXème, j'en appelle à Pinterest. Fidèle outil chronophage quand on ne cherche rien de précis. Heureusement, la plupart du temps, je sais ce que je veux et je le trouve même assez vite. La fonctionnalité que je préfère ? Celle de pouvoir créer des tableaux secrets. Ça permet d'avancer sans rien dévoiler à personne.

Le synopsis

Alors, oui, je déteste écrire les synopsis. Seulement, quand il ne consiste pas à finir chez un éditeur, je l'aime bien parce qu'il me permet de voir des morceaux d'intrigue se nouer bout à bout et ça, c'est cool. Je ne dis pas que le premier syno est toujours le bon ; il y a souvent des lacunes et toujours des détails à remanier. Parfois, je ne m'en rends compte qu'à l'écriture.
Le top du top en matière de synopsis (et j'ai découvert ça récemment avec le Projet Plume) : le syno du point de vue de chaque personnage. Il permet non seulement de développer le perso, mais aussi de lui trouver une vraie place au seine de l'intrigue. C'est également un bon moyen de voir s'il est nécessaire à l'histoire ou si je peux m'en passer.

Les premières lignes

Ça va de pair avec le plaisir que j'éprouve quand j'ouvre un cahier/carnet neuf et que je commence à en noircir la première page (les pages impaires sont d'ailleurs mes préférées parce qu'elles brillent).
Écrire les premières lignes, c'est faire plus ample connaissance avec ses personnages, c'est donner le ton, même si l'on sait depuis longtemps où l'on va. Que je travaille avec ou sans filet, la sensation demeure la même. Cette étape reste celle où les choses se concrétisent.

La bulle d'écriture

Quand j'écris, je ne suis plus là, surtout si je travaille dans mon bureau et tout le monde sait qu'il ne faut pas venir me déranger. Pas que j'ai besoin d'une extrême tranquillité, juste que je n'aime pas cette sensation d'invasion. C'est mon moment à moi, une relation privilégiée que j'entretiens avec mes personnages. Tout un film se déroule dans ma tête et je suis certaine que, comme moi, vous détestez les pubs.

L'imprévu

Les détails à remanier, vous vous souvenez ? Eh bien, parlons-en, de ces traits de caractère, du découpage foireux, des jours à rallonge ou des nuits trop courtes (vous savez, quand vous vous retrouvez avec une journée qui compte deux matinées et trois dîners ?). Le plus souvent, je précise le moment dans le synopsis de travail, mais il arrive que deux nuits se succèdent sans jour au milieu.

La barre de progression

Petite satisfaction personnelle et on connaît tous ça, quand on raye une entrée de sa to-do list, quand on se dit qu'on a lu X romans sur le mois, quand on dresse le bilan. La barre de progression, c'est le bilan quotidien, celui qui encourage pour le lendemain. Ce qu'il y a de mieux, c'est comparer avec celle des autres. Là, c'est hyper motivant.

Les personnages qui font connaissance entre eux

Là aussi, tout est question de ton. À l'étape du synopsis (pour celles et ceux qui en écrivent un), on sait que Truc et Bidule vont se retrouver nez à nez, comment et pourquoi. On a aussi une petite idée de ce qu'ils vont se dire et en quoi ça va les attirer/repousser/agacer, etc. La manière dont ils vont y parvenir, parfois, c'est une autre paire de manches. Au début, il n'est pas rare de tâtonner pour trouver les expressions adéquates (faciales, corporelles ou orales) et quand je relis le début d'un texte, alors que je suis loin, loin de ces prémices, je me rends compte du chemin parcouru, tant pour eux que pour moi.

Oublier le temps qui passe

Quand tu es tellement plongé(e) dans ton histoire que le temps devient une notion tout à fait aléatoire, raison pour laquelle je déteste écrire par petits bouts pour combler une attente ou entre deux tâches. J'ai besoin de me poser, avec un café de préférence, de réfléchir un peu. De m'installer, quoi. Ceci doit expliquer pourquoi je n'ai pas d'horloge à tic tac dans mon bureau (la seule, en dehors de l'ordinateur, étant l'horloge interne du chien). Personnellement, il m'arrive d'en oublier de manger !

Se mettre dans la peau des personnages

Surtout dans celle d'un bon gros vilain ou d'un perso carrément bizarre, le genre à aller trop vite pour les autres ou à avoir des plans très improbables, mais à y croire dur comme fer. Je déteste les stéréotypes. Inventer un personnage, lui donner un caractère, un but et des intentions est une façon de vivre l'histoire avec lui, mieux, de la vivre à sa place.


Voilà. Je pense avoir fait le tour. Évidemment, il y a d'autres raisons qui font que j'aime écrire (le simple fait d'écrire, par exemple). Au-delà de cette réflexion très intéressante (ça permet de mieux se connaître), je pense qu'il s'agit d'un tout.







Et je reçois un sourire, des ressources d'écriture, des trucs et astuces et des printables...