samedi 30 avril 2016

#My30k3days : après

Malgré des heures hautement caféinées/théinées, j'ai jeté l'éponge pour le 30k/3 days. Pas parce que je n'en avais plus envie, mais parce que je n'y arrivais pas. Et pour plein de raisons.





La préparation

La préparation m'a été d'une utilité précieuse. Pour le début. Avant que je m'aperçoive que non, ça n'allait vraiment pas. Le problème étant que ça rendait mieux sur le papier, j'ai préféré limiter les dégâts.
Il y a vraiment eu un avant et un après : dans ma tête, la relation entre les deux personnages principaux était plus ambiguë, plus tendue. Je ne sais pas si c'est le fait de raconter l'histoire à la première personne du singulier, mais les constats de mon perso principal, ses hypothèses ne me paraissent ni cohérents ni bien amenés. Il y a une sorte de creux chez lui. Il avance, il recule. Il hésite de manière désordonnée et une fois de plus, je ne l'imaginais pas comme ça. Même quand j'ai développé le pitch à deux personnes, le rendu était vraiment très différent, que ce soit pour la trame, pour les personnages, la situation finale ou le moyen de l'atteindre.

Qu'il faille se trouver dans un certain état d'esprit selon le texte à écrire me paraît, à ce jour, plus important. J'aurai au moins appris quelque chose de mon expérience ratée.

Se conditionner, pour quoi faire ?

Alors, déjà, il y a une différence entre se conditionner et toujours attendre le bon moment. Comme le dit cette expression, la personne reste dans l'attente. Or, se conditionner nécessite une préparation. On est actif et on met en place des moyens d'installer sa routine, de débloquer sa motivation. On dégage le temps nécessaire à ce que l'on veut faire, sauf que parfois, ça ne suffit pas.

Routine ou pas routine ?

Dans mon cas, oui, forcément. Je pense d'ailleurs que c'est ce qui a avorté ce projet. Je n'ai pas réussi à me mettre dans la tête de mes personnages, à penser comme eux. Tout était clair sur le papier, mais je n'ai pas su créer une bulle d'écriture propice.
Bien sûr (je le dis et le répète), chacun(e) fonctionne comme il/elle le sent. J'ai un peu listé ce qui a cassé ma routine, cette semaine. On a :

  • l'écriture sur canapé (j'écris plutôt sur un bureau, avec une fenêtre à côté et le chien sur les genoux) ;
  • par extension, ne pas travailler dans mon espace dédié ;
  • le manque de concentration.

Je suis sûre qu'en cherchant bien, il y aurait d'autres raisons. J'ai essayé de casser un peu ma routine parce qu'elle m'ennuyait ET de m'imposer un défi. Je pense que la combinaison des deux était trop audacieuce.


Vous pouvez retrouver mon article préparatif sur le blog.







Et je reçois un sourire, des ressources d'écriture, des trucs et astuces et des printables...