jeudi 11 août 2016

#AvezVousVu 1 : l'Irlande littéraire

Chaque semaine d'août, je mettrai l'un de mes livres en avant avec des extraits, des offres éclair, des articles développés autour de leur thématique... L'occasion pour vous de les (re)découvrir, ainsi que l'univers qui les compose.
Cœur sommeil a inauguré cette section estivale mardi.



Comme je le disais mardi, la littérature occupe une belle place dans Cœur sommeil et j'ai prévu de l'exploiter davantage dans la partie 2. Non pas avec des auteurs du XIXème siècle puisque ça ne collerait pas à mon intrigue, mais rien ne nous empêche de jeter un coup d'œil du côté de ceux-là et des autres !

> (Re)lire "#AvezVousVu 1 : Cœur sommeil"

Ils s'appelaient Oscar Wilde, Samuel Beckett, Jonathan Swift... Prolifiques dans le théâtre, la poésie et le roman, ils ont souvent marqué leur époque avant la nôtre. Pour preuve, on se souvient toujours d'eux, aujourd'hui. On les lit encore et, plus que jamais, on apprécie leurs œuvres.

Le XIXème siècle

Le XIXème siècle est celui de l'émergence de bon nombre d'écrivains Irlandais de langue anglaise. La seconde moitié vit ainsi apparaître des œuvres patriotiques, mi-sérieuses mi-comiques et caricaturant le caractère et les coutumes irlandais.
Les poètes, eux, émettaient clairement une volonté d'éveiller le patriotisme des Irlandais. Leur influence s'avérait clairement politique, surtout quand on connaît la situation de l'Irlande à l'époque.

L'Irlande du XIXème siècle

Famine, révolte, émigration... L'Irlande, unie à la couronne anglaise depuis 1800, est forcée de poursuivre ses exportations de nourriture vers l'Angleterre. Elle perdit près de la moitié de sa population entre 1841 et 1901 (8,2 millions d'habitants contre 4,4 millions).
Les États-Unis offrirent travail et terres à la majorité de ces exilés, mais ceux-ci n'étaient pas partout les bienvenus.
À la fin du XIXème siècle, le mouvement pour l'indépendance reprit du poil de la bête, trouvant écho parmi les élus Irlandais au parlement britannique.

La fiction protestante et catholique

Outre l'opposition des deux religions, il existait une réelle différence entre la fiction protestante et la catholique.
La première racontait la vie irlandaise d'un point de vue aristocratique, en opposition à la seconde qui traitait de la classe paysanne catholique. Ceci reflète l'une des problématiques propres à l'Irlande qui durait depuis qu'Henri VIII s'était proclamé roi d'Irlande, en 1541 ; une centaine d'années après la colonisation par confiscation des terres, les Irlandais subirent une répression importante, avec des lois leur interdisant de pratiquer la religion catholique. L'opposition protestants/catholiques se règlait à coups de massacres, de lois pénales...
Les colons Anglais (protestants) représentaient l'aristocratie et la petite noblesse. Ils se sont appropriés des terres redistribuées, ont empêché les Irlandais d'exercer des professions libérales, les ont évincés de l'armée, de l'enseignement, de l'administration. Les Irlandais (catholiques), interdits jusqu'à même de devenir propriétaires terriens, représentaient la classe paysanne.


On se donne rendez-vous demain pour une offre éclair sur Amazon, Kobo et YouScribe : 2,49€ au lieu de 3,99€ !
Je vous laisse avec les premiers chapitres gratuits du roman sur Wattpad. Bonne lecture !