mardi 30 août 2016

#AvezVousVu 4 : parlons magie

Chaque semaine d'août, je mettrai l'un de mes livres en avant avec des extraits, des offres éclair, des articles développés autour de leur thématique... L'occasion pour vous de les (re)découvrir, ainsi que l'univers qui les compose.
Pour cette dernière semaine (qui débordera sur septembre), on parlera de la magie en écriture et de l'écriture en magie, autour de Faiseur de rêve.



Malgré ce que l'on peut croire, non, la magie n'est pas le centre de tout récit de fantasy, de la même manière qu'il n'y aura pas forcément de quête. Idées reçues, bonjour ! En revanche, si l'on vous dit ou si vous lisez quelque part que pour écrire de la magie, il faut avoir de solides bases, ça, croyez-le.

Des règles solides

Si la magie permet de transformer des citrouilles en carrosse comme dans Cendrillon, de réaliser des vœux comme dans Aladdin ou de passer le balai comme dans Fantasia (tu la sens, la culture Disney ?), elle doit néanmoins reposer sur des règles en béton armé. Manipuler une baguette magique ne rend pas exempt(e) de logique.
Votre magie ne sera pas la solution ni le prétexte à tout. Elle appartiendra à un ensemble cohérent et s'intégrera parfaitement à votre intrigue. Mieux, elle la servira. Ne créez pas un monde magique juste pour le plaisir de faire abracadabra, le lecteur risquerait de le remarquer. Surtout, votre magie ne sera pas extensible et comportera des points faibles, sinon, comment vous dépêtrer de là ?
N'oubliez pas que cette magie pourrait poser problème et essayez de considérer les choses au-delà de la simple opposition du Bien et du Mal, c'est tellement plus complexe dans la vraie vie !

> (Re)lire "Ma méthode du flocon revisitée avec le #ProjetPlume, partie 3" (j'y parle notamment des personnages loin du Bien et du Mal).

Une magie intéressante

Lorsque vous préparerez votre texte, pensez à explorer différentes formes de magie, à ne pas seulement les opposer. Pourquoi certaines ne seraient-elles pas complémentaires ? Oubliez les boules de feu et créez des sorts inventifs, des problématiques inexplorées, après tout, on est là pour ça !
Pensez aussi que la magie de vos personnages évoluera avec eux, leur apprentissage et/ou leurs capacités.

Choisir sa magie

Naturelle ? Innée ? En apprentissage ? Comment vos personnages géreront-ils leur part de magie si elle se trouve en eux dès la naissance ? Chacun(e) est-il/elle un(e) magicien(ne) potentiel(le) ? Qu'est-ce qui différencie les magicien(ne)s des autres ?
Quand on souhaite intégrer de la magie à son texte, les questions se bousculent vite au portillon ; il est donc essentiel de s'en référer au première paragraphe de cet article : celui dédié aux règles solides. À mesure que vous répondrez aux questions ci-dessus (et à tant d'autres, ne nous voilons pas la face), des préférences se feront sentir. Optez pour ce qui vous semble le plus naturel dans votre récit et les principes avec lesquels vous êtes le plus à l'aise par écrit. Pesez le pour et le contre, il vous faudra faire des choix à un moment donné, car impossible de garder toutes vos idées.
Par ailleurs, votre magie passe-t-elle seulement par des pouvoirs ou s'agirait-il plutôt de potions, de poudres et d'onguents ? Vos personnages manieront-ils les éléments ? Influenceront-ils les animaux, leur parleront-ils ? Créeront-ils des monstres d'énergie ? Et d'abord, cette magie, tous la connaissent-ils ?

Je vous laisse avec cette vidéo spéciale chroniques de romans avec de la magie dedans : La dernière fée de Bourbon (Ophélie Bruneau au Chat Noir) et La Voie des Oracles, tome 1 (Estelle Faye chez Scrinéo).



On se retrouve jeudi pour un nouvel article et une promo sur Faiseur de rêve (de jeudi à dimanche) : 1,99€ au lieu de 3,99€.