lundi 9 janvier 2017

J'écris mon roman en 5 mois - INTRODUCTION

Je vous en avais parlé régulièrement sur les réseaux sociaux : un gros projet lié à l'écriture pour le blog. Je vous présente donc "J'écris mon roman en 5 mois", une initiative destinée à vous accompagner de la préparation de votre texte à sa rédaction. J'en serai aussi avec, chaque semaine, avec mon dieselpunk.



Petite présentation du projet, car vous vous doutez que je ne vais pas vous balancer ça comme ça. Cette introduction vise à vous montrer ce qui occupera une grande partie du blog jusqu'à mai.

Pourquoi 5 mois ?

Parce que, grosso modo, c'est le temps qu'il m'aura fallu/me faudra pour boucler le dieselpunk (hors corrections). Presque autant de mois pour la prépa que pour l'écriture (qui a commencé le 2 janvier). À la fin, j'aurai passé 5 mois à travailler sur ce projet. J'ai juste pris un peu d'avance sur vous pour pouvoir vous préparer tous les articles.

En quoi consisteront les articles ?

Chaque lundi, retrouvez un article destiné à vous proposer une marche à suivre pour vraiment avancer dans votre projet. Ceci est la mienne, je ne dis pas qu'elle fonctionnera pour vous, mais vous pouvez juste piocher des idées çà et là pour créer votre propre méthode, ce n'est pas un problème.
Chaque lundi, je vous donnerai quelques clés tout en vous présentant mon dieselpunk égyptien (qui est, je trouve, un genre propice à la découverte) :
  • des infographies ;
  • des vidéos ;
  • des extraits ;
  • ma playlist ;
  • mes inspirations ;
  • ...
Je vous emmènerai aussi en Égypte pour vous présenter :
  • des lieux ;
  • des personnages historiques ;
  • des livres/sites ;
  • ...
Le premier article parlera de temps et d'organisation, le deuxième du public cible, le troisième d'inspiration. Dès le quatrième, nous aborderons la fameuse méthode du flocon (mais à ma sauce).

Les extraits

Voici, concrètement, comment se présenteront les extraits. Pour l'occasion, je vous propose le tout premier.

(Un clic pour agrandir !)

La moto d’Ulita Black Baron traçait droit devant, dégageant une nuée poussiéreuse à l’arrière. Boîte trois vitesses, deux phares « Black-out » à l'avant pour une monture d'acier tout terrain. D’un geste assuré, elle augmenta sa vitesse juste après le passage d’un virage étroit, puis rabattit ses épaisses lunettes de protection. Le moteur de son bolide ronronna de plus belle et un sentiment d’intense satisfaction envahit la quadragénaire. Sentir l’accélérateur sous ses gants lui garantissait un frisson grisant. Ses longs cheveux noirs bouclés voletaient au gré du vent sec de mars. Une trentaine de degrés à l’ombre ; il faisait une chaleur à crever sous le long manteau qu’elle s’imposait.Perdu dans l'immensité sablonneuse, le grand temple d’Abou Simbel, avec ses quatre colosses en façade, disparaissait dans le dos d'Ulita. Les rangées de palmiers succédèrent. La chaleur écrasante, à l'intérieur, ne lui manquait pas, même si en digne fille du désert, elle supportait des températures extrêmes depuis toujours. Malgré l’insuffisance en eau qui laminait l’Égypte britannique.Elle jeta un coup d’œil au ciel. La nuit tombait et plusieurs lanternes commençaient à éclairer l’un des chemins auxiliaires qui longeaient Road, seule voie vraiment praticable du pays. Depuis ado, Ul’ rêvait de chevaucher sa bécane pour rouler à plein régime sur cette fameuse route, mais c’était compter sans les remparts qui la protégeaient et sans ses sbires : les Découpeurs, comme leur nom l’indiquait, taillaient leurs victimes en pièces, au sens propre du terme. Parfois, ils les mangeaient, mais là ne résidait pas le réel problème puisque celui-ci concernait un déficit en nourriture, en plus de la flotte. Ouais, il ne faisait pas bon vivre dans ce coin du globe.



Vous prendrez bien un peu de Myrath pour accompagner cet extrait ?
À noter : dans mon extrait, je ne parle pas de l'étendue d'eau que l'on voit sur l'image ci-dessus (à savoir, le lac Nasser), car il n'existait pas encore en 1921. Il s'agit d'un lac artificiel créé à cause du barrage d'Assouan. Par ailleurs, les temples d'Abou Simbel se situaient plus bas avant leur sauvetage, lors de la création dudit barrage.


Et si vous ne loupiez rien des articles à venir ?