lundi 17 avril 2017

J'écris mon roman en 5 mois - PARTIE 5.2 : LES IDÉES REÇUES SELON LE GENRE

L'article de cette semaine et les deux suivants aborderont l'écriture selon votre thème de prédilection : les genres de l'imaginaire, la romance et l'historique.



Les genres de l'imaginaire ouvrent le bal et les idées reçues à leur sujet ne sont pas jolies-jolies.

Écrire de l'imaginaire, ce n'est pas sérieux

C'est une évidence parce que, voyez-vous, pour être crédible, il faut écrire vrai, authentique et selon tout un tas d'adjectifs qui, selon toute vraisemblance, ne correspondraient pas aux genres de l'imaginaire. Rappelons tout de même que la science-fiction et la fantasy sont d'excellents moyens de s'évader tout en posant des questions sur la société, ses rouages, ses mœurs, de l'éthique...
Puisqu'on vous dit d'écrire de la blanche pour être pris(e) au sérieux et bénéficier de vraies chroniques dans de vrais journaux/magazines ! Prenez des personnages communs, mettez-les dans des situations communes, décrivez des villes aux gratte-ciels scintillants sous la lumière du soleil, des métros bondés, des routines bien ancrées dans notre bonne vieille réalité. Il n'y a que ça de vrai.

Les genres de l'imaginaire, c'est pour les jeunes

Parce que c'est bien connu, les jeunes sont d'indécrottables rêveurs. Alors, oui, selon des études récentes, il semblerait que la majorité des lecteurs de fantastique/SF/fantasy soit jeune, mais on sait tous qu'écrire pour ce public est déconsidéré... (Dois-je rappeler que les auteurs jeunesse touchent un pourcentage plus insignifiant encore que celui des autres auteurs ?)
Bref, n'écrivez pas pour les jeunes. Non seulement, ça fait du mal à votre image, mais ça vous remplira encore moins les poches.

Sortez de votre bulle, enfin !

Outre qu'écrire de l'imaginaire ne soit pas sérieux, en plus, c'est une image qui vous colle à la peau. Un auteur de l'imaginaire est un rêveur, un doux utopiste. S'il ne tenait qu'à lui, il referait le monde. D'ailleurs, il le fait... à sa manière. Des mondes, il en créé tous les jours. Il fabrique les piliers qui le soutiendront, bâtit les sociétés qui le peupleront, érigeront les monuments qui marqueront son Histoire.

Évidemment, cet article est purement sarcastique. (Ainsi que les deux qui suivront.) Quoi que vous écriviez, l'important est d'être bien dans votre écriture.
(Pensez à dérouler jusqu'en bas, une vidéo vous attend : "Parlons peu, parlons punk". Les abonnés à ma newsletter ont pu la découvrir en février, pensez à vous inscrire !)

(Un clic pour agrandir !)